Les Français sont de plus en plus nombreux à changer de banque en raison du mécontentement des services rendus par les banques traditionnelles. La tarification est l'une des raisons de la grogne des consommateurs. Chaque année, la tarification augmente alors que la qualité des services n'est pas meilleure. L'autre raison du mécontentement des consommateurs est la joignabilité. Les banques traditionnelles n'ont toujours pas saisi que joindre un conseiller était une évidence. À l'heure où les échanges sont instantanés avec la plupart des interlocuteurs, la banque n'est pas exempte de cette nécessité. Face à ces points noirs, les banques en ligne deviennent de plus en plus présentes sur le marché.

Une souscription facile et rapide

La banque en ligne est un établissement où les relations avec son conseiller peuvent être effectuées à distance sans nécessiter d'avoir un rendez-vous pour parler d'un projet. La souscription d'un compte bancaire se fait totalement en ligne en toute simplicité telle que le compte Revolut. La plupart des comptes en ligne disposent d'une carte bancaire visa ou MasterCard. Certaines offres proposent même la carte gratuite pendant un certain laps de temps. Pour d'autres, la carte est payante, mais il est possible d'obtenir une vente à prime, ce qui réduit considérablement le coût de la carte bancaire. Le compte Révolut propose même une carte internationale puisque les achats peuvent être réalisés en devise sans aucuns frais supplémentaires.

Les points de vigilance

À la vérité, souscrire un compte en ligne permet de gérer son compte facilement à toute heure du jour et de la nuit. Joindre son conseiller est plus aisé et les relations sont directes. Cependant, si l'internaute souhaite investir dans un bien immobilier, il sera contraint de contacter une banque traditionnelle. Le compte Révolut, par exemple, ne bénéficie même pas d'un découvert ou d'un chéquier. En cas de besoin de financement, il sera nécessaire de se tourner vers une agence bancaire pour vérifier son taux d'endettement et lui présenter son projet. Il sera probable que le conseiller sollicite l'ouverture d'un compte de prélèvement pour le paiement du prêt même s'il ne peut plus l'exiger au regard de la nouvelle réglementation.